• Guérir Corps et Âme

ALLERGIE - FIÈVRE DES FOINS (Rhume)

Décodage émotionnel extrait du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL.

ALLERGIE — FIÈVRE DES FOINS (RHUME)
Cette allergie est fondamentalement à la base d’une réaction au pollen, grain végétal formant l’élément masculin de la fleur. Cet élément masculin véhicule le symbole de la reproduction et de la fertilisation. Cette allergie affecte habituellement les yeux, le nez et les sinus.

L’allergie est à la base d’une résistance à une situation dans ma vie, d’un souvenir passé ou même, une facette de ma propre personnalité. Je n’aime pas que ma vie soit programmée à l’avance. Il est donc possible que je résiste souvent inconsciemment à une forme de la sexualité ou à certains aspects de celle-ci, surtout si ce que je sens par rapport à la sexualité ne « sent pas bon ».


La peur de la reproduction peut être présente. Suis-je un(e) adulte qui voit le temps passer rapidement et qui a peur que son rêve d’avoir des enfants et de fonder une famille s’évanouisse à mesure que le temps passe ? Suis-je une adolescente qui se pose plein de questions par rapport au fait d’avoir des enfants ?


Il peut s’agir aussi d’une résistance et une non-acceptation ↓♥ du temps qui passe et qui se remarque particulièrement à chaque nouvelle saison, moment où l’allergie réapparaît. Le rhume des foins peut être aussi relié au fait que j’ai été séparé d’une personne et que cela m’a grandement affecté.


Une allergie au pollen me ramène à ma difficulté d’aller à la rencontre de la vie, d’aller à l’aventure. La nouveauté me fait peur et je suis anxieux par rapport aux changements dans ma vie. Il est certain que je peux m’attirer une allergie pour plusieurs raisons mais une chose est sûre j’étouffe ou je me sens étouffé par une situation. Je me révolte, quelque chose ne me convient pas du tout, mais je le fais quand même pour faire plaisir et j’étouffe. Je change d’idée sous l’influence de quelqu’un, je suis prêt à n’importe quoi, et j’étouffe. Je peux me sentir étouffé dans les choses à dire ou à faire, surtout que j’ai de la difficulté à prendre ma place et à dire non.


J’ai tendance à vivre aussi beaucoup de culpabilité. Je me sens inférieur, craignant la réaction des autres. Je me rejette moi-même et je veux expulser ce qui me dérange.


J’ai peur de me retrouver sur la paille. Toutefois, je reste emprisonné dans de vieilles habitudes. Je suis rigide, tout comme le déroulement des saisons qui a toujours lieu dans la même séquence.


Je manipule pour avoir ce que je veux... Vous voyez la programmation ? Elle peut être autant mentale (manière de pleurer) que « saisonnière », car la période estivale est idéale pour la manifestation de cette allergie, surtout si j’ai besoin d’une excuse pour en faire moins durant cette belle période de l’année ! Certaines personnes ont la fièvre des foins pendant des périodes allant jusqu’à sept ans ! Il est temps que je change cela immédiatement ou du moins que j’en prenne conscience. Je prends conscience que le rhume des foins peut devenir un moyen qui me permet d’éviter certaines situations, car je ne serais pas capable de toute façon de refuser de faire une tâche ou d’aller à un endroit en particulier. Donc, maintenant, j’ai une bonne raison !


Il peut aussi devenir un moyen de me sentir différent, d’avoir besoin d’attirer l’attention. De cette façon, les gens doivent au moins me remarquer pendant la saison des allergies. En prenant mon espace vital, ma « bulle » de lumière, je suis en mesure de m’ouvrir aux autres sous mon vrai jour, sans artifices. J’évite ainsi de vivre dans la fuite et les secrets.


La première manifestation du rhume des foins peut avoir été inconsciemment reliée à un événement marquant et où j’ai probablement vécu de fortes émotions. Lorsque la même période de l’année revient, je me souviens ou, plutôt, mon corps se souvient et c’est le rhume des foins qui apparaît.

Il est donc important que je prenne conscience de cet événement pour que je puisse briser le pattern de la maladie je n'aurai plus besoin d’elle à l’avenir car j’ai fait la prise de conscience que je devais faire. Le rhume des foins n’était qu’un signe pour m’aider à arrêter et à trouver la cause profonde de mon malaise. Je vais me sentir plus libre, plus maître de ma vie. J’accepte ↓♥ ce qui est bon pour moi-même, même si cela implique une certaine forme de sexualité nouvelle et inconnue. Je sais que tout est possible, dans l’amour et l’harmonie. J’accepte ↓♥ de sortir de l’isolement et d’aller vers les gens, n’ayant plus besoin de cette allergie pour attirer l’attention, car je sais que je suis différent et unique.

53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Décodage issu du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL. AUTISME L’autisme est le refus ultime de faire face à la réalité physique du monde extérieur, ce qui amène une for