• Guérir Corps et Âme

APHONIE ou EXTINCTION DE VOIX

Décodage émotionnel extrait du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques Martel.



La voix est l’expression de soi, la créativité.


Une trop grande émotion (détresse, inquiétude) peut m’amener à ne plus savoir quoi dire ou quelle direction prendre ni comment interpréter cette direction par rapport à l’émotion vécue.


II se peut que cette forte émotion ait été vécue sur le plan sexuel et se répercute plus directement sur la gorge ou sur les cordes vocales car, d’une certaine façon, mon deuxième centre d’énergie (sexuel) est relié plus directement à la gorge, mon cinquième centre d’énergie.


De toute façon, ma sensibilité (hyperémotivité) en a pris un coup et je n’arrive plus à dire quoi que ce soit ! J’en ai le souffle coupé !


Si je disperse trop mes énergies, notamment à la suite d’un choc émotionnel,

un « vide » intérieur va se créer en raison de mon désarroi intérieur et les sons vont être « aspirés » par ce vide.


C’est comme si je ravalais mes mots au fond de ma gorge. C’est donc important pour moi de reprendre contact avec le souffle de ma communication intérieure.


Il est même possible que cette expérience me protège parce que je suis dans un état où je ne dois plus parler, où je ne peux plus dire de secrets.


Est-ce que j’utilise d’une manière saine ma voix et mes cordes vocales ?

Dois-je rester silencieux pendant un certain temps ?


On dit parfois la parole est d’argent et le silence est d’or... Ou est-ce quelqu’ un qui m’a réduit au silence de force ?


Je peux, d’une façon générale, me sentir impuissant à m’exprimer car j’ai l’impression que je ne vaux « pas grand-chose ».


J’ai l’impression qu’il vaut mieux se taire que de « dire des bêtises ».


Je voudrais tellement qu’on écoute ce que j’ai à dire, qu’on me reconnaisse pour qui je suis, qu’on me respecte.


Parfois, je me sens tellement spécial mais cela est de courte durée et le doute s’installe, ma culpabilité réapparaît et je me recroqueville sur moi-même.


Au lieu de vivre pour moi-même, je vis en fonction des autres et comme je ne sais pas toujours quoi dire pour recevoir l’approbation des autres, je préfère me taire soit que je décide de ne plus parler, soit que mes cordes vocales décident elles-mêmes de ne plus émettre de sons.


J’accepte d’exprimer mes émotions, ma créativité et mes idées de la façon où je me sens le mieux, dans le respect de mes capacités.

1 239 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Décodage issu du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL. AUTISME L’autisme est le refus ultime de faire face à la réalité physique du monde extérieur, ce qui amène une for