top of page

CANCER DE L'UTERUS (Col et Corps)

Origines émotionnelles issues du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL.




L’utérus représente la féminité, la matrice originelle et le foyer maternel,

particulièrement le corps de l’utérus.


Moi comme femme, je refoule probablement certaines émotions concernant mon foyer, ma famille.


Je peux me sentir coupable, rancunière ou haineuse mais je n’en parle pas.
Le foyer représente souvent un idéal à atteindre, que ce soit en rapport avec mon couple ou ma famille.

Je me questionne, pas autant par rapport à ma relation de couple, mais par rapport à mon foyer et à ma non capacité d’avoir un enfant.


Je vis un grand chagrin et ma joie de vivre est atteinte.


Ce type de cancer est profondément lié aux principes du foyer nourricier, à mes attitudes et mes comportements par rapport à celui-ci.

Je peux vivre de grandes peurs, de l’insécurité, de colère ou de la culpabilité à l’idée que ce foyer ne se formera pas comme je le voudrais, ou bien qu’il risque de se dissoudre, ce qui représenterait pour moi un échec.

S’ensuivra une dévalorisation par rapport à qui je suis et ce que je suis capable de réaliser : je pense que je ne suis rien !


Ai-je peur de revivre dans mon foyer le jugement d’un échec que j’ai pu avoir dans le foyer où j’ai grandi ?

Le cancer du corps de l’utérus atteint souvent les femmes plus âgées, en période de ménopause.

Le cancer du col de l’utérus, lui, atteint habituellement les jeunes femmes.

C’est le col de l’utérus qui se trouve en contact avec le sexe de l’homme lors des relations sexuelles.


Est-ce que je vis une dépendance, par rapport à mon conjoint, qui est malsaine ? Ai-je l’impression qu’il me détruit ou me tue par certains de ses comportements ou attitudes ?

J’ai tendance à subir les événements, ayant l’impression que je n’ai aucun pouvoir ou contrôle.

Il est possible aussi que je vive une situation par rapport à ma sexualité où je vois cette dernière comme répugnante et que je me sente obligée d’accomplir mon devoir conjugal.


J’ai l’impression d’avoir à m'exhiber.


Mes frustrations sexuelles sont grandes, me sentant abandonnée ou séparée de mon conjoint, même si de l’extérieur, rien ne paraît.


Je trouve difficile et même parfois douloureux de m’ouvrir à mon partenaire car il y a quelque chose « qui accroche » dans ma vision d’avoir un enfant avec lui.


Je peux me sentir dépourvue devant la vie.
Ce sentiment se retrouve souvent si j’ai vécu une situation d’abus sexuel.

La peur et le rejet de mes vrais besoins, envies et fantasmes peuvent m’amener aussi à me couper d’une partie de moi-même dont j’ai honte.

Je dois refouler mes émotions.


Je vis une dualité par rapport à la notion d’abstinence ; la pratiquer ou non et pour quelles raisons : voilà la question !


Je voudrais être désirable mais en même temps, je crains les conséquences.

Je voudrais me mettre un foulard sur le visage pour me cacher à moi-même et aux autres.


J’accepte ↓♥ de regarder d’un nouvel oeil ce foyer qui est le mien ainsi que ma relation de couple.

J’ai à harmoniser la façon dont je me perçois par rapport à mon rôle en tant que

mère et femme, et ce, à tous les niveaux.



Posts récents

Voir tout
bottom of page