• Guérir Corps et Âme

L'AMPUTATION

Décodage émotionnel extrait du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL.



AMPUTATION
L’amputation est une opération qui consiste dans l’ablation d’un membre, d’un segment de membre ou d’une partie saillante (langue, sein, verge).

L’amputation totale ou partielle d’un membre, qu’elle soit pratiquée pour des raisons accidentelles ou médicales (gangrène, tumeur), est très souvent reliée à une grande culpabilité par rapport à un aspect de ma vie. Je veux que cette situation disparaisse de ma vie, je veux m’en « couper pour de bon ».

Au lieu que ce soit cette dernière qui disparaisse, ce sera la partie du corps qui la manifeste qui sera coupée. Tout cela se passe de façon inconsciente.


Si on ampute mon pied gauche, c’est comme si ma peur ou ma culpabilité est telle que je préfère « mourir » à la direction à prendre ou à celle que j’ai prise dans ma vie affective ; la jambe droite concerne ma peur ou ma culpabilité devant mes responsabilités, etc.


Si je n’ai pas accepté ↓♥ cette amputation, une douleur émotionnelle y est rattachée (douleur du membre fantôme). Ce membre étant devenu comme un fantôme, je me demande quelle est la peur qui m’empêche de prendre contact avec la réalité. Bien avant l’amputation, je vivais un sentiment d’impuissance, de dépendance. Je pouvais même me sentir infirme dans un aspect de mon physique, de ma vie ou dans mes relations interpersonnelles. Cette infirmité psychologique et émotive s’est transposée dans mon corps physique.


Si je vis une amputation, il est important de me rappeler que mon corps, énergétiquement, n’est pas amputé, afin de rester ouvert à l’aspect métaphysique que représente la partie amputée. Ainsi, si j’ai eu la jambe droite amputée, je peux mettre l’amour, la compréhension et l’intégration pour la prise de conscience que j’ai à faire pour aller plus rapidement de l’avant dans mes responsabilités comme si j'avais toujours ma jambe.


J’accepte ↓♥ de faire disparaître toute culpabilité, en sachant que je fais toujours pour le mieux. Je me réconcilie avec moi-même et j’apprends à apprécier ce que je suis. Quelle que soit la condition, je choisis d’avancer à mon rythme et j’apprécie ce qu’il y a de beau et de bon dans la vie.

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Découvrez chaque semaine un nouvel épisode sur la Spiritualité Christique. Lundi 17 Janvier : Dieu existe-t-il ? Abonnez-vous de façon à recevoir chaque nouvel épisode !

Décodage issu du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL. AUTISME L’autisme est le refus ultime de faire face à la réalité physique du monde extérieur, ce qui amène une for