• Guérir Corps et Âme

LES MÂCHOIRES

Décodage émotionnel extrait du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques Martel


Les mâchoires constituent des os essentiels pour manger, pour commencer le processus de digestion et d’assimilation de ce que je prends, soit la nourriture soit la réalité qui m’entoure.

Elles me permettent d’avaler certaines réalités, tout autant que je puisse les avaler, tant au niveau physique qu’émotif.


Elles représentent ma capacité et ma force à choisir de m’ouvrir à quelque chose ou à quelqu’un.


Mes mâchoires permettent donc des échanges avec les autres, en toute sécurité. Elles ouvrent la voie à la vérité et à l’affirmation de soi.

Tout le pouvoir intérieur que je manifeste est symbolisé par mes mâchoires.


Celle du haut réfère à ma relation par rapport au père.

Celle du bas réfère à ma relation par rapport à la mère.


Puisqu’elles doivent se rencontrer, s’opposer pour être efficaces, les mâchoires symbolisent ma capacité à faire face aux luttes ou oppositions que je rencontre ou à celles qui m’habitent.


Les problèmes de mâchoire peuvent survenir lorsque je serre les dents parce qu’il y a du refoulement et que je retiens toute l’énergie reliée à la colère, à l’obstination, à l’entêtement, et peut-être même à une envie inconsciente de me venger de quelqu’un ou de quelque chose.


À moins que je veuille éviter de crier ma douleur intérieure...

Les choses ne vont pas comme je le voudrais et la rage m’envahit.

Je « remâche » sans cesse les mêmes problèmes sans trouver de solutions.

Je m’accroche à mes émotions et comportements immatures.


Peuvent alors apparaître des tics de la mâchoire qui me montrent que je « parle dans le silence ».

Qu’est-ce que je veux absolument garder pour moi ?

Quelles sont les émotions que j’emprisonne ?


Je vois les événements avec une certaine étroitesse d’esprit. Je ne suis pas en contact avec mon pouvoir intérieur et je cherche à m’accrocher à une autorité extérieure à moi.


Où est passé mon sens des responsabilités ?


Mon sentiment d’impuissance engendre un sentiment d’infériorité et de jalousie.


Lorsqu’elles sont douloureuses, c’est parce que je cache mon désir d’attaquer ou de mordre quelqu’un par un sourire forcé.


Une fracture des mâchoires fait suite à ma tendance à précipiter les choses, les décisions.

Je me sens brusqué par la vie et les autres mais c’est moi qui veux aller trop vite.

Je peux être cinglant dans mes commentaires par rapport aux autres.

Cependant, je me sens muselé, impuissant à vraiment exprimer mes vrais sentiments de peine et de douleur intérieures.


Si j’ai une difficulté au niveau de l’articulation de mes mâchoires (appelée ATM, articulation temporo-mandibulaire) (elles paraissent non alignées), je dois me demander s’il y a un décalage, une différence entre ce que je pense et ce que j’ose dire ouvertement.

Je vis une dualité intérieure entre dire ou cacher la vérité, mes sentiments profonds. Il y a distorsion entre mes émotions et mes pensées ; je suis déchiré entre ce que je voudrais faire (envies) et ce que je dois faire (devoir).


Les rêves que j’avais par rapport à ce que serait ma vie sont totalement différents de la réalité et s’en suivent de grands désappointements et des remises en question.


Je perds espoir d’atteindre mon idéal, soit personnel, de couple soit par rapport à la société.


Lorsque je grince des dents, je vis de l’insécurité.

Je suis anxieux et je réprime beaucoup mes émotions.

Cela est particulièrement vrai chez les enfants par rapport à leurs parents.


Je peux voir aussi mes mâchoires se décalcifier et se ramollir.

Elles me montrent comment moi aussi je peux être « mou » dans certaines situations, spécialement quand j’ai l’impression qu’on a ri de moi et qu’on ne prêtait pas attention à ce que je disais.

Il s’en suit une très grande dévalorisation de moi-même.

Je peux aussi me sentir dominé, étant impuissant à m’exprimer, à cause de ma timidité ou de mes peurs.

On peut aussi m’avoir défendu de parler, ce que j’ai interprété comme : « Je ne dois pas avoir grand-chose d’intéressant à dire ! ! ! »


Lorsque mes mâchoires bloquent, je suis dans l’incapacité de m’exprimer, de contrôler ce qui m’entoure, je refoule mes émotions.

Ma mâchoire peut être paralysée par la peur ou la peine suite à une situation où je me suis senti(e) impuissant(e) à dire ou à faire afin d’éviter qu’une situation arrive.


Une mâchoire bloquée peut aussi s’être crispée au moment même où j’ai voulu de toutes mes forces contredire, empêcher une parole d’être dite ou un événement d’arriver.

Je me suis senti paralysé de ne pas pouvoir dire quelque chose. Je me sens muselé.


Lorsqu’il y a cancer de la mâchoire, cette incapacité est vécue intensément, spécialement dans ma famille où ma parole n’a aucun poids.


Si mes mâchoires sont trop étroites, le développement de ma personnalité a été brimé. Mon obligation d’être le meilleur me met une grande pression. Mon intellect est constamment stimulé contrairement à mon côté émotif qui devient déficitaire.


Je dois me détendre, laisser l’énergie circuler librement.

J’accepte de m’exprimer librement.

Je suis pleinement guidé dans ce que j’ai à dire et je reprends la place qui me revient.

Je vis dans l’intégrité, au niveau de mon cœur et de la vérité.


Voili voilou mes chouchoux.


Belle journée à vous ! :)


Caroline

4 051 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Décodage issu du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL. AUTISME L’autisme est le refus ultime de faire face à la réalité physique du monde extérieur, ce qui amène une for