top of page

CERVEAU : TICS

Décodage émotionnel extrait du "Grand Dictionnaire des Malaises et des Maladies" de Jacques MARTEL.





Les tics, définis comme étant l’exécution soudaine de mouvements répétitifs et

involontaires, démontrent un dérèglement de la tension nerveuse et un déséquilibre au niveau du cerveau.


Si j’ai un ou des tics, il y a de fortes chances que je sois un être très émotif, que je refoule beaucoup d’agressivité et qu’étant jeune, j’ai perçu l’éducation reçue comme rigide et perfectionniste.

De cette façon, j’extériorise mon inquiétude et l’amertume que je ressens au

fond de moi.


Je peux vivre une situation où je me sens dans une impasse, acculé au pied

du mur.

Je manque de temps, un danger me guette.

Quelque chose est sur le point d’exploser (peut-être mes propres émotions !), un secret de famille veut se faire jour.


Si je suis un garçon, il se peut que j’aie été affecté par des actions que quelqu’un qui représentait l’autorité pour moi a pu me demander de faire.

Cela expliquerait pourquoi il y a près de 4 fois plus de garçons que de filles qui ont des tics. C’est que les filles, en général, sont plus réceptrices par rapport à l’autorité et donc, moins affectées, toujours en général, par cet aspect.


Je peux m’être senti contrarié par rapport à certains mouvements qu’on m’a empêché de faire étant plus jeune (par exemple si on m’interdisait de bouger à l’église) et que maintenant mon corps bouge, bien malgré moi, comme par réaction et rébellion par rapport à ce qu’on m’a déjà interdit de faire.


Je peux même avoir eu l’impression de « perdre la face » devant quelqu’un,

ce qui entraîne des tics particulièrement au niveau de la figure.

Ma face veut repousser le danger, l’agresseur.


J’ai été irrité, énervé ou même agacé et maintenant, ce sont mes propres tics qui m'agacent.


J’ai des tics de la mâchoire lorsque dans mon enfance, on m’a souvent

dit de « me la fermer ».

La rage accumulée et non exprimée ressort : par le tic, c’est comme si

je parlais dans le silence.


Des clignements des yeux inhabituels peuvent me rappeler une expérience où on me « faisait de l’oeil » ou dire que je recherche sans succès l’attention et le

regard de l’autre.


J’accepte ↓♥ de prendre conscience de cet état, de nettoyer les blocages du passé et d’exprimer clairement mes besoins.

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page